Les Alpilles

Les Alpilles, cerisiers et amandiers
Les Alpilles près des Baux de Provence

 

 

 

C'est à 31 km au sud du Clos des Sorgues que nous atteignons la région des Alpilles ; il s'agit d'un petit massif qui s'étend d'est en ouest sur 25 km et culmine modestement à 490 m ; ce sont des paysages de collines calcaires, où alternent garrigue, vignobles et oliviers.

Saint-remy-de-Provence sans les alpilles
Saint-remy-de-Provence

Saint-remy-de Provence

Le site fût occupé dés la préhistoire, comme l'attestent des grottes ornées de gravures rupestres.

La population locale marquée par la proximité de Marseille et l'influence Grecque subit ensuite la colonisation romaine, le site de Glanum en est un remarquable témoignage.

La ville est très agréable, avec un beau patrimoine architectural, mis en valeur par la qualité de l'environnement urbain, de jolies rues dallée et des magasins et galeries attractifs.

Glanum

Glanum, cité gallo romaine
Le site archéologique de Glanum

Peu après la sortie sud de Saint-Remy-de-Provence, sur la route de Baux-de-Provence, nous atteignons le site de Glanum.

L'habitat s'est implanté dans une configuration favorable, au débouché d'un défilé qui entaille les Alpilles, à l'emplacement d'une source ; l’eau y était abondante et la forêt, qui était différente de celle que l'on trouve aujourd’hui dans les Alpilles, produisait certainement le gibier, le bois ainsi que les légumes et fruits nécessaires à la vie. La proximité de la voie Domitienne, antique itinéraire qui conduisait d'Espagne en Italie,  un territoire fertile et des carrières de pierre ont permis le développement d'un site fortifié de près de 40 hectares.

Un premier habitat s'est développé aux VIIème et VI ème siècles avant JC, autour d'une source ; les habitants, des Salyens apparentés aux celto-ligures établis dans la région, s'appelaient Glaniques, du nom du dieu local Glan.

Ces premiers hommes,  pratiquaient le culte des têtes coupées. Ce rite sympathique consistait à orner les portiques de leurs sanctuaires de têtes humaines coupées et clouées. Ils prétendaient que même mort, le crâne gardait une certaine force dont il ne fallait pas se séparer.

Les Grecs, (IIe –Ie s. av JC) qui s’étaient avancés dans l’intérieur des terres en firent un comptoir pour assurer la communication par le Rhône, puis une colonie où ils frappèrent la monnaie et développerent l'agglomération et bâtirent des édifices de type grec : édifices publics aux murs faits de grands blocs de pierre, comme ceux du rempart qui fermait le défilé au Sud de la ville.  Au nord, de belles maisons sont conçues autour d'une cour centrale bordée de galeries à colonnade ouverte. 

L'époque Gallo-romaine, de la fin du Ier siècle avant notre ère au IIème siècle, a transformé Glanum en ville romaine pour satisfaire aux exigences d'une vie urbaine de qualité : grands bâtiments publics civils et religieux , réseaux d'eau et d'assainissement, thermes, maisons qui donnent sur une rue principale et  centre monumental avec forum.

Vers 260, les invasions germaniques mirent un terme rapide à la prospérité de la ville.

Les antiques, l'arc de triomphe et le mausolée
Les antiques à saint-Remy-de-Provence

 

Sur la droite de la route les 2 monuments qui marquaient une des entrées de la ville sont accessibles librement : un arc de triomphe ainsi qu'un mausolée de 18 m de haut ; les 2 monuments sont en très bon état de conservation.

 

La visite du site de Glanum, de l'autre côté de la route est particulièrement intéressante commentée par un guide conférencier.

Saint-Paul-de-mausole

Saint-remy-de-Provence, saint paul de Mausole
Le cloître de Saint-Paul-de-Mausole

A côté des ruines romaines de GLANUM, il y eut, depuis l’an mille environ, un monastère où des moines de différentes congrégations se succédèrent.

Chacune d’entre elles s’est consacrée, entre autre, à soigner ceux qui avaient eu le malheur de tomber dans la démence.

La Révolution de 1789 nationalisa le couvent qui fut rapidement vendu à trois laïcs de Saint-Rémy qui le revendirent en 1807 au Docteur MERCURIN. Ce médecin fonda un asile psychiatrique et en fit un Etablissement d’excellente renommée.

En 1906, l’un de ses héritiers,  fit don des bâtiments à la Congrégation des Sœurs de Saint-Joseph de Vesseaux en Ardèche, avec une clause testamentaire, de maintenir l’activité psychiatrique dans l’établissement : la Maison de santé Saint-Paul.

Le peintre Vincent VAN GOGH y a été soigné du 8 mai 1889 au 16 mai 1890.

Aujourd'hui, dans les bâtiments qui sont la propriété de l’Association « Les Amis de Saint-Paul », sont exploités plusieurs Etablissements à vocation et orientation psychiatrique.

Le monastère se visite et permet d'admirer le cloître promenoir autour de son jardin fleuri ainsi que le clocher roman. On y verra également une reconstitution de la chambre de Van Gogh, ainsi que quelques explication sur les étranges méthodes  de soins psychiatriques du 19ème siècle.

Van Gogh a peint ici plus de 150 toiles, dont les Iris, la nuit étoilée et les blés jaunes. On ne verra bien sûr sur le site que des reproductions des ses oeuvres.

De nombreuses promenades à pied sont possibles dans les Alpilles ; pour une découverte en voiture, nous aimons bien la route qui relie Maussane-les-Alpilles à Eygalières : prendre la D78 à la sortie de Maussane, puis la D24 ; la route serpente dans les collines, au milieu de champs d'Oliviers et de garrigue révélant un paysage provençal bien représentatif des Alpilles ; une halte à Eygalières permettra d'apprécier ce joli village, avec ses ruelles tortueuses dominées par le château en ruine et son donjon.

Les Baux-de-Provence vue générale
Le village des Baux de Provence

Les baux-de-provence

Les capacités défensives et d'observation des Baux en font depuis toujours un site attrayant pour l'habitat humain. Des traces d'habitat ont été retrouvées et datées de 6000 av. J.-C et l'occupation des lieux a ensuite été continue.

Les premières constructions en dur datent de plusieurs siècles avant J.C. 

Au Moyen Âge, le site devint la place forte d'un domaine féodal contrôlant 79 villes et villages des alentours. La forteresse fut construite du XIe au XIIIe siècle sur sept hectares. Les princes de Baux contrôlèrent la Provence pendant de nombreuses années.

la forteresse a connu une histoire militaire mouvementée et été l'objet de nombreux assauts ; elle a servi de place forte au cours des nombreux conflits, rebellions et guerres de religion qui se sont succédés du moyen âge à la renaissance.

En 1642, la ville est offerte à la famille Grimaldi en tant que marquisat en remerciement de leur soutient à la France, Le titre de marquis des Baux leur est d'ailleurs encore rattaché. 

A la révolution, le marquisat est rattaché à la France , puis le village est peu à peu abandonné passant de 3000 habitants à son apogée à 400 âmes vers 1900.

C'est après la 2ème guerre mondiale que les Baux entameront leur vocation touristique.

Les baux de provence dominant Arles et la Camargue
L'éperon rocheux qui domine Arles et la Camargue

la cité des Baux-de-Provence domine Arles et la Camargue et offre un panorama exceptionnel. Restaurée patiemment, la cité possède un patrimoine historique et architectural avec 22 monuments classés :

 Le Château des Baux est un témoignage unique de l'histoire médiévale :  donjon du XIIIe siècle,  chapelle,  tours défensives,  vestiges de fortification. Des reconstitutions grandeur nature de machines de sièges complètent le site.

Le village est remarquable avec des ruelles bordées d'hotels particuliers renaissance, l'église Saint Vincent à la fois Romane et Renaissance avec ses beaux vitraux, l'hotel de Manville qui abrite la mairie.

Les baux-de-Provence sont très visités et abritent de nombreux commerces touristiques et galeries d'art.

On évitera les jours de grands mistral cal le site sur son éperon rocheux est particulièrement exposé. 

Les carrières de Lumières aux Baux de Provence
Le son et lumière des Carrières de lumière

Les carrières de lumière

A 500 m des Baux, il y a un "must", les carrières de lumières ; installées dans des anciennes carrières de pierre souterraines, dont la hauteur varie entre 7 et 14 mètres, un son et lumière met en scène pendant une heure un émerveillement de couleurs et de formes ; depuis quelques années, les thèmes renouvelés chaque année font redécouvrir sous une autre forme les oeuvres de peintres célèbres. Van Gogh, Gauguin, Klimmt, les impressionnistes, les peintres de la renaissance Italienne, Chagall.

Nous recommandons chaudement ce spectacle, accessible en continu toute la journée, même si la température intérieure est plutôt fraiche : prévoir des manches....